Pyélonéphrite sans fièvre : Une infection du rein sans symptômes visibles ?

La pyélonéphrite est une infection rare qui touche les reins et systèmes urinaires. Cette pathologie touche particulièrement les femmes et les enfants et dans certains rares cas les hommes. Par ailleurs, certains se demandent si la présence ou l’absence de fièvre détermine la pyélonéphrite. Voici ce qu’il faut savoir au sujet de cette interrogation sur la pyélonéphrite.

Qu’est-ce qu’une pyélonéphrite ?

La pyélonéphrite est une pathologie qui touche les reins à travers des infections bactériennes appelées pyélite et néphrite. Il existe deux types de pyélonéphrite, dont la pyélonéphrite aiguë et celle chronique. La première est souvent causée par une infection bactérienne et l’autre provient d’une anomalie anatomique depuis la naissance. Dans de nombreux cas, la pyélonéphrite est souvent une aggravation de la cystite qui est une infection urinaire causée par des bactéries. Dans d’autres cas, elle est causée par des infections rénales dues à un rétrécissement au niveau de l’urètre ou des tumeurs de la vessie. Si cette maladie peut toucher toutes les catégories de personnes, les femmes sont généralement les plus concernées par la pyélonéphrite.

Lire également : Problèmes d'anus : comprendre les causes et les solutions.

La fièvre : symptômes non systématiques de la pyélonéphrite

Puisqu’il n’existe pas de maladies sans symptômes, la pyélonéphrite se remarque aussi à travers certains signes. La fièvre est le symptôme le plus connu de la pyélonéphrite. Cependant, il n’est pas systématique parce qu’il existe des cas de pyélonéphrite avec une absence de fièvre. En effet, les douleurs abdominales, les frissons et la sueur sont des symptômes chroniques de la pyélonéphrite. En cas d’absence de fièvre, la nausée, le vomissement et le ballonnement sont des symptômes non négligeables. Ces symptômes sont généralement ceux qui apparaissent en cas de cystite. L’absence de fièvre ne garantit pas que les reins sont hors de danger.

L’apparition des symptômes de la cystite doit alerter la vigilance. Un diagnostic précis permet de déterminer si les reins sont atteints et le niveau de gravité de l’infection.  Vous ne devez donc pas considérer l’apparition de la fièvre avant de consulter un médecin. En consultant un médecin spécialiste des infections, le médecin peut effectuer une analyse de l’urine soit un ECBU afin de distinguer le germe à l’origine du problème. Pour éviter les complications et identifier le problème, une analyse du sang peut être demandée. Cette analyse permet de déterminer les causes de l’infection en réalisant des formules sanguines et un dosage de la créatine. En cas de fortes douleurs au niveau du dos, les médecins procèdent à une échographie des reins, de la vessie et des voies urinaires afin de déceler les éventuelles anomalies.

A lire en complément : Guide complet sur la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires

Le traitement de la pyélonéphrite

Le traitement d’une infection urinaire est un bon début pour éviter la pyélonéphrite. En buvant beaucoup d’eau, la cystite va être guérie et ne pourra plus aboutir à une pyélonéphrite. Par ailleurs, si vous remarquez l’apparition des symptômes évoqués précédemment avec ou sans la fièvre, sachez qu’un traitement plus efficace devient obligatoire. Après diagnostic, les médecins délivrent une hospitalisation de 5 jours pour un bon suivi afin d’éviter les complications. Ils procèdent ensuite à une administration des antibiotiques par intraveineuse afin d’accélérer leurs actions sur l’infection. Après 14 jours de traitement, les bactéries qui provoquent l’infection seront détruites et le patient pourrait retrouver sa santé. Par ailleurs, en cas d’anomalie facteurs de pyélonéphrite chronique, des traitements spécifiques comme une intervention chirurgicale peuvent être effectués.