Que faut-il savoir du spondylolisthésis ?

Le Spondylolisthésis désigne un déplacement d’une vertèbre (généralement lombaire) vers l’avant, par rapport à la vertèbre inférieure ou sous-jacente. Cela peut être causé par un défaut congénital ou par des blessures ou des dommages liés à des mouvements répétitifs ou violents. Les symptômes peuvent inclure des douleurs lombaires, des engourdissements et des picotements dans les jambes, voire une faiblesse musculaire. Que faut-il savoir du Spondylolisthésis et dans quels cas faut-il opérer ? Nous vous en parlons dans cet article.

Spondylolisthésis : causes et facteurs de risques

Les causes réelles dépendent du type de Spondylolisthésis dont il s’agit. En effet, il en existe de trois types : le spondylolisthésis lombaire par lyse isthmique, le spondylolisthésis lombaire dégénératif encore appelé spondylolisthésis arthrosique et le spondylolisthésis lombaire dysplasique, un type beaucoup plus rare.

A voir aussi : Comment choisir son eliquide ?

Le spondylolisthésis lombaire par lyse isthmique est causé par une fracture de l’isthme, une fracture dite de fatigue de ce pont osseux entre deux vertèbres. Cette fracture est principalement due à la répétition de contraintes mécaniques. Le spondylolisthésis arthrosique est pour sa part causé par une arthrose des articulations. Pour ce qui concerne le spondylolisthésis lombaire dysplasique, il est d’origine congénitale. Il relève le plus souvent d’une malformation de la dernière vertèbre lombaire, dont l’isthme est anormalement allongé.

Pour ce qui concerne les facteurs de risques, on peut évoquer les postures penchées au travail, les activités sportives éprouvantes pour la colonne vertébrale, le port régulier de charges lourdes, etc. En outre, les facteurs tels que la ménopause et l’ostéoporose sont également évoqués pour ce qui concerne le spondylolisthésis lombaire dégénératif.

A lire aussi : Comment trouvez-vous votre chemin dans la vie ?

Spondylolisthésis : diagnostic et traitement approprié

Le diagnostic permet de savoir le type de pathologie dont souffre le patient et quand opérer un spondylolisthesis. Il est généralement établi à l’aide d’une radiographie du rachis lombaire, qui sera complétée au besoin par un scanner, une imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une électromyographie. Ces examens permettent d’apprécier la situation exacte du spondylolisthésis et sa gravité. Dès lors, le spécialiste peut proposer un traitement réellement adapté.

Lorsqu’aucune implication neurologique n’est détectée, le spondylolisthésis peut faire l’objet d’un traitement médical classique, sans besoin d’une intervention chirurgicale. En pratique, le médecin prescrira des antalgiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour gérer les périodes de crise. En plus de cela, une rééducation est généralement préconisée, avec des exercices spécifiques pouvant permettre de renforcer les muscles abdominaux et lombaires. L’immobilisation n’est pour sa part envisagée qu’en cas de lombalgie intense ou de fracture récente de l’isthme.

De fait, une opération chirurgicale du spondylolisthésis peut s’imposer lorsque le traitement médical n’apporte pas le soulagement escompté, ou en présence de troubles neurologiques moteurs ou sphinctériens. Le cas échéant, vous devez opter pour un centre de référence où vous pourrez bénéficier d’une prise en charge efficace.

En somme, le spondylolisthésis touche un grand nombre de personnes de nos jours, en raison de nos habitudes de vie et de travail. Mais une prise en charge adéquate peut vous permettre d’en guérir pour reprendre le cours normal de vos activités.